Candide chapitre 6

Du début à « … fracas épouvantable »

Introduction

A. Situation du passage

Conte philosophique : un double impératif :

Confronter Candide à un grand nombre de situations pour les besoins de la démonstration

Enchaîner les épisodes pour les besoins de la narration.

Chap 1 et 2 : Candide chassé, victime des sergents recruteurs

Chap 3 : guerre, champ de bataille, désertion, fuite en Hollande

Chap 3 et 4 : rencontre Jacques (homme généreux), retrouve Pangloss ; voyage à Lisbonne

Chap 5 et 6 : tempête, naufrage, tremblement de terre , arrestation par l’Inquisition.

Inquisition : juridiction créée au Moyen Age pour réprimer les délits d’hérésie ou d’incroyance. Très active au XVIème siècle pour réprimer la Réforme, surtout au Portugal et en Espagne. Au XVIIème réprime les délits : bigamie, atteintes aux biens de l’Eglise, blasphème… Abolie en 1820.

Autodafé : cérémonie de purification publique : procession en costumes rituels + flagellation le plus souvent.

B. Axes de lecture

Comment le récit de la cérémonie vise-t-il à une violente satire ?

1. un texte narratif : le récit d’une cérémonie

2. un récit traité sur le mode ironique

3. la satire

I. La structure narrative du récit : le récit d’une cérémonie religieuse

Un épisode, unité narrative. Récit court, dense. Inscrit dans une durée, un déroulement ; plusieurs étapes :

A. Les circonstances et la décision des « sages »

§1 expose les circonstances :

- Un cadre spatio-temporel.

- Les événements et leur enchaînement :

situation : gravité, destruction des « trois quarts ».

nécessité d’une intervention.

Insistance sur ceux qui prennent la décision : sages, université, le caractère assuré du résultat, moyen plus efficace, prévenir, infaillible. Accent mis sur caractère savant, réfléchi en apparence et garanti du remède envisagé.

Annonce des caractéristiques de la cérémonie prévue : spectacle, grande cérémonie.

B. La cérémonie

Liaison logique : en conséquence souligne passage à l’application de la décision ; souligne le caractère nécessaire du choix des victimes ;

Victimes présentées par le biais de la faute commise : raisons religieuses pour les deux premiers, cause absurde pour C et P mais présentée avec le même sérieux.

Succession d’actions situées dans le temps et les lieux : Accélération temporelle : 8 jours après.

Emprisonnement, préparatifs, déroulement de la cérémonie : insistance sur le décorum : spectacle visuel et sonore.

C. Le résultat

Chute du 2ème §. Survient brutalement. On attendait une conclusion positive, c’est le contraire qui se produit (nouveau tremblement de terre). L’issue attendue est remplacée par son contraire, apportant un démenti flagrant au raisonnement mis en place au 1er §.

Composition cyclique.

II. La tonalité ironique

Des effets de décalage, de distorsion, caractéristiques de l’ironie.

A. La composition circulaire du texte

Effet de rupture de la dernière phrase. Ton détaché, désinvolte : pur constat : moyen de souligner l’inefficacité du cérémonial.

B. La valorisation des sages : le caractère réfléchi, raisonnable de leur décision

Accent mis sur le côté savant de la décision :

Le mot sages,
référence à une vénérable université,
formulation impersonnelle qui donne plus de poids, il était décidé,
l’articulation logique en conséquence,
le vocabulaire théologique et juridique, saisi, convaincu.

Ensemble d’éléments qui soulignent aspect officiel, administratif, institutionnel de la décision et donc son poids (supposé) de réflexion et de sagesse.

A l’opposé, le contenu de la décision : inique, sans relation logique avec la situation, sinon dans une perspective superstitieuse.

Ironie vient du décalage entre les circonstances et la décision ; sa forme et son contenu.

Fausse logique : en conséquence : renversement cause / effet. On recherche les victimes après avoir décidé du châtiment. Boucs émissaires.

C. La présentation esthétique de la cérémonie ; la réalité masquée par le spectacle

Décalage entre gravité de la situation (condamnations à mort) et légèreté avec laquelle les choses sont traitées : spectacle, réjouissance populaire.

Les effets de décalage :

Périphrase qui désigne le cachot : euphémisme qui présente les lieux sous des connotations valorisantes.

Champ lexical de l’esthétique : bel autodafé, spectacle, grande cérémonie, belle musique, cadence, enchantait.

Détails vestimentaires : orna, revêtus : souci du détail : la forme des flammes, des diables : souci d’harmonie, de variété ; la symbolique est totalement occultée.

Déroulement de la cérémonie : procession, musique, chant, C fessé, bûcher, pendaison. Cérémonie et exécutions relatés sur le même ton neutre ; continuité narrative qui met sur le même plan le fait d’entendre un sermon et d’être fessé, brûlé ou pendu. Phénomène de banalisation qui souligne le peu de cas qu’on fait d’une vie, la légèreté des décisions lorsqu’il s’agit d’une condamnation à mort.

Effets de décalage : moyen de mettre en relief ce qui critiquable et horrible. Faire réfléchir le lecteur sur l’incohérence réelle de comportements en apparence logiques.

III. La critique, les éléments de la dénonciation

Utilisation de l’ironie, procédés de décalage = armes de dénonciation.

A. Dénonciation de la superstition

Croyances irraisonnées, irrationnelles. Mise en relief de liens supposés logiques entre des éléments qui n’ont rien à voir.

§1 : rapprochement entre les sages, le tremblement de terre, l’université et l’autodafé met en évidence un raisonnement faussement scientifique, mêlant science et croyance. Ironie du « après le tremblement de terre…..prévenir. »

B. Dénonciation de l’intolérance

Importance du lieu : Portugal : Inquisition bien implantée.

Motifs d’arrestation soulignent arbitraire et intolérance dans la lutte contre l’hérésie.

Biscayen : a épousé la marraine d’un enfant dont il est le parrain. Non respect d’une pratique uniquement catholique.

Portugais : pratiques juives. Considérés comme relaps.

C et P : raisons absurdes.

La condamnation :

Intervient sans aucun jugement : cf valeur de l’ellipse temporelle huit jours après.

Horreur du châtiment disproportionné / faute commise.

Intolérance + superstition : les exécutions deviennent des sacrifices magiques.

C. Dénonciation de l’optimisme

La logique absurde des « sages » rappelle celle de Pangloss. Voltaire déstabilise ce mode de pensée en le mettant en application au détriment de ses personnages.

Autodafé : une preuve supplémentaire de l’existence du mal et que tout n’est pas au mieux. Arbitraire religieux, intolérance devraient jeter le doute dans l’esprit de Candide.

Conclusion

Texte narratif qui présente une force argumentative. A travers un récit chronologique et logique (en apparence), Voltaire veut convaincre le lecteur que les raisonnements des sages, leurs décisions sont illogiques, incohérents, inefficaces.

Thèse de Voltaire : tout n’est pas pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.

Texte qui s’inscrit dans le combat philosophique : lutte contre l’intolérance, la barbarie, la superstition.

Fin du chapitre : début de réflexion chez Candide. Une étape dans l’évolution du personnage.