L'île des Esclaves - Scène 6

Plan d'étude

Axes de lecture

Une scène de théâtre dans le théâtre.
Une parodie de scène d'amour ; une scène comique qui a une visée morale.

I. Une scène de théâtre dans le théâtre

A. les acteurs : le jeu en abyme

1. L'organisation de l'espace scénique

Arlequin réorganise l'espace de jeu (cf. les premières didascalies)
Les maîtres, relégués "à dix pas" deviennent les spectateurs.

2. Le changement de rôles

Arlequin + Cléanthis deviennent comédiens jouant le rôle de leurs maîtres. 
Adoptent le ton, les manières des maîtres (formules de politesse, vouvoiement, thème de la discussion).

3. Les éléments de mise en scène

Cléanthis : à la fois actrice et metteur en scène : elle intervient pour commenter le jeu d'Arlequin

4. Deux jeux antithétiques

le jeu d'Arlequin : il essaie d'imiter les manières raffinées d'Iphicrate mais son naturel reprend le dessus (rires, saute de joie, s'applaudit). Il brise l'illusion théâtrale par son décalé.
le jeu de Cléanthis : elle incarne son personnage avec conviction : s'identifie totalement à son personnage. Ceci explique les reproches faits à arlequin sur sa manière de jouer.

B. Les spectateurs

le public = les maîtres.
"Qu'on se retire à dix pas !" L'injonction révèle le renversement des rôles. Les maîtres obéissent à l'ordre ; leurs "gestes d'étonnement et de douleur" : expression muette de leurs sentiments.
"nous sommes aussi bouffons que nos patrons" : Arlequin souligne la volonté des acteurs de ridiculiser les maîtres-spectateurs.

II. Une scène de séduction parodique : Imitation et décalage

A. Un thème traditionnel : la déclaration d'amour

Attitudes galantes d'Arlequin
Champ lexical de la galanterie, de l'amour
métaphores : "un jour tendre", "mes flammes", "mes feux"

B. Une scène caricaturale

Les effets de décalage, essentiellement liés au jeu d'Arlequin : ses gestes, son rire rompent les conventions de la conversation galante 
Les commentaires critiques de Cléanthis soulignent ces ruptures.

C. Le registre comique

comique de situation : il naît du décalage entre le type de scène jouée (scène de séduction amoureuse), et la manière dont elle est jouée.
comique de gestes : les mimiques d'Arlequin
comique de langage : les changements de registre ; langage galant d'Arlequin + juron ("palsembleu"). Parodie du langage précieux : "mes flammes", "mes feux".

D. L'intention morale

Le but de la caricature : montrer aux maîtres-spectateurs la réalité de leurs comportements. La parodie de la scène d'amour révèle le caractère artificiel du langage amoureux ; la séduction amoureuse  n'est qu'une comédie où les sentiments manquent de sincérité.

Conclusion

Le théâtre dans le théâtre : la mise en abyme
Une scène comique ; les fonctions de la caricature.