L'île des Esclaves - Scène 1

Plan d'étude

Axes de lecture

Une scène d'exposition
La préparation du renversement des rôles

I. Une scène d'exposition

A. La mise en place d'un cadre spatio-temporel

1. les lieux

Athènes : origine des naufragés. Le changement de lieu dû au naufrage provoque une remise en cause des situations sociales.
L'île : pas de situation géographique précise. Identifiée par Iphicrate. Une fonction politique : elle sert de refuge aux esclaves depuis 100 ans. Un lieu inconnu qui présente des dangers physiques (la mer, les rochers) et un danger social (le maître risque de perdre sa liberté).

2. la temporalité

La Grèce antique : une convention pour évoquer les problèmes de la société du XVIIIè siècle.
Le passé (passé composé) : évocation du naufrage
Le présent : évocation de la situation des personnages
Le futur : source d'inquiétude pour Iphicrate

B. Les indications sur l'action

Rappel des événements antérieurs qui ont amené les personnages sur l'île : le naufrage
Rappel du danger : cf. champ lexical. Iphicrate a échappé au naufrage mais son statut social est en danger.

C. Les personnages

Les deux premières répliques sont significatives : "Arlequin" / "Mon patron". Arlequin : le valet de la commedia dell'arte / le maître Iphicrate, "celui qui règne par la force".
Tutoiement / vouvoiement

II. La préparation du renversement des rôles

A. La supériorité du maître sur l'esclave

Le maître parle le premier et interpelle son esclave ; la première réplique d'Arlequin ("mon patron") signale sa soumission.
Le maître sait où ils se trouvent ("nous sommes dans l'île des Esclaves") ; le valet avoue son ignorance ("qu'est-ce que c'est que cette race-là").
Le maître tutoie son valet, recourt à des phrases injonctives.
L'égocentrisme du  maître : étudier le jeu des pronoms "je" /"nous".

B. Un maître fragilisé

Les didascalies "tristement", "après avoir soupiré", montrent l'état d'esprit d'Iphicrate. Ses questions, ses répliques signalent son inquiétude.
En expliquant à Arlequin les coutumes de l'île, il lui donne des raisons de se révolter.

C. Un valet qui prend ses distances

1. Le jeu des reprises lexicales souligne l'insolence et l'ironie d'Arlequin.

Iphicrate Arlequin  
"Que deviendrons-nous ?" "Nous deviendrons maigres, étiques et puis morts de faim" Arlequin en serviteur zélé répond à la question de son maître ; le groupe ternaire montre que le valet prend un malin plaisir à accroître l'inquiétude de son maître.
"je suis d'avis que nous les cherchions" "Cherchons, il n'y a pas de mal à cela ; mais reposons-nous auparavant" La première partie de la réponse va dans les sens de la proposition du maître ; le "mais" diffère l'ordre.
"leur coutume, mon cher Arlequin, est de tuer tous les maîtres qu'ils rencontrent" "chaque pays a sa coutume ; ils tuent les maîtres, à la bonne heure" Arlequin souligne la relativité des coutumes : la relation maître / esclave est relative. Arlequin semble se réjouir de la menace de mort qui pèse sur son maître.
"Arlequin, cela ne te suffit-il pas pour me plaindre ?" "Ah ! je vous plains de tout mon cœur" Arlequin ironise sur la douleur de son maître.

2. Le valet gagne son autonomie

A partir de la réplique "Cherchons, il n'y a pas de mal à cela ; mais reposons-nous auparavant...", Arlequin refuse d'exécuter l'ordre donné et s'affirme en employant le "je". Le partage qu'il propose ("j'en boirai les deux tiers, comme de raison, et puis je vous donnerai le reste." ) signale l'inversion des rapports.

Conclusion

Une scène qui annonce le renversement des rôles : la progression de la scène montre comment Arlequin gagne progressivement son autonomie. A la fin de la scène il tutoie son maître et déclare : "je ne t'obéis plus".
Une scène comique : la présence d'Arlequin, sa bonne humeur, son ironie.