Accueil Sommaire Texte intégral Controle lecture-QCM Personnages Schema narratif

Schéma narratif

L'exposition

scène I

Iphicrate
Arlequin

A la suite d'un naufrage, Iphicrate et son valet Arlequin échouent sur l'île des Esclaves. La coutume de l'île "est de tuer tous les maîtres [...] ou de les jeter dans l'esclavage". Arlequin ironise sur le sort de son maître et refuse de lui obéir.

scène II

Trivelin
Arlequin/ Iphicrate
Euphrosine/Cléanthis

Trivelin expose la coutume de l'île : maîtres et valets doivent échanger leur nom et leur fonction.
Le but du "cours d'humanité" : "corriger" les maîtres, les "rendre sains, c'est-à-dire humains, raisonnables et généreux".

L’épreuve des portraits et l’aveu des vanités

scène III

Trivelin
Cléanthis
Euphrosine

Trivelin demande à Cléanthis de faire le portrait d'Euphrosine : "un portrait, qui se doit faire devant la personne qu'on peint, afin qu'elle se connaisse, qu'elle rougisse de ses ridicules, si elle en a, et qu'elle se corrige".
Portrait satirique d'Euphrosine, "vaine, minaudière et coquette".

scène IV

Trivelin
Euphrosine

Euphrosine reconnaît la justesse du portrait fait par Cléanthis.

scène V

Arlequin
Iphicrate
Trivelin

Trivelin demande à Arlequin de faire le portrait de son maître : "étourdi par nature, étourdi par singerie, [...]; un dissipe-tout ; vilain quand il faut être libéral, libéral quand il faut être vilain ; bon emprunteur, mauvais payeur ; honteux d'être sage, glorieux d'être fou ; un petit brin moqueur des bonnes gens ; un petit brin hâbleur ; avec tout plein de maîtresses qu'il ne connaît pas : voilà mon homme".
Iphicrate reconnaît ses défauts.

L’épreuve de l’amour entre maîtres et valets

scène VI

Cléanthis
Iphicrate
Arlequin
Euphrosine

Cléanthis suggère à Arlequin de lui faire la cour "à la grande manière", "comme le grand monde".
Parodie de scène de séduction en présence des maîtres, muets.
Par jeu, Arlequin propose à Cléanthis de "tomber amoureuse" d'Iphicrate, lui-même cherchera à séduire Euphrosine.

scène VII

Cléanthis
Euphrosine

Face à Euphrosine, Cléanthis fait l'éloge d'Arlequin, "un homme franc, un homme simple dans ses manières, qui n'a pas l'esprit de se donner des airs, qui vous dira qu'il vous aime". Elle lui ordonne "d'estimer son amour".

scène VIII

Arlequin
Euphrosine

Arlequin fait la cour à Euphrosine, mais touché par son désespoir, il renonce.

L’aveu des abus et la fin des épreuves

scène IX

Iphicrate
Arlequin

Arlequin "fait commandement (à Iphicrate) d'aimer la nouvelle Euphrosine" (=Cléanthis) 
Désespoir d'Iphicrate.
Reproches mutuels et pardon.
Échange des costumes : "Rendez-moi mon habit, et reprenez le vôtre, je ne suis pas digne de le porter". (Arlequin)

scène X

Cléanthis/ Euphrosine
Iphicrate/ Arlequin

Arlequin demande à Cléanthis de pardonner : "Je me repens de mes sottises, lui des siennes ; repentez-vous des vôtres, Madame Euphrosine se repentira aussi".
Avant de pardonner, Cléanthis adresse un discours aux "honnêtes gens du monde", leur reprochant leur orgueil et leur mépris".
Selon elle, "il faut avoir le cœur bon, de la vertu et de la raison [...] voilà ce qui est estimable, ce qui distingue, ce qui fait qu'un homme est plus qu'un autre"

scène XI

Trivelin
Arlequin/ Iphicrate
Euphrosine/Cléanthis

Réconciliation générale : "En fin finale, la paix est conclue, la vertu a arrangé tout cela". (Arlequin)
La leçon de Trivelin : "Vous avez été leurs maîtres, et vous en avez mal agi ; ils sont devenus les vôtres et ils vous pardonnent ; faites vos réflexions là-dessus. La différence des conditions n'est qu'une épreuve que les dieux font sur nous".
Promesse du retour à Athènes.